Dossiers sur la voyance dans l’audiovisuel

Par Marie-Lore Staudt 2007

La VOYANCE dans les médias audiovisuelles

Ces derniers mois ont vu fleurir quelques émissions traitant de la voyance et de l’astrologie dans les médias. Une occasion de faire le point sur ce qui se dit, la vision que nous transmet cette source « presque officielle » d’information que sont les médias, sur un sujet qu’on ne traite pas dans les programmes scolaires.

J’ai interrogé des téléspectateurs et les professionnels présents sur les plateaux pour qu’ils nous livrent leurs sentiments et leurs témoignages sur la vision que transmettent aujourd’hui les médias à travers les émissions suivantes :

  • France 2 « Toute une histoire » présenté par Jean-Luc Delarue (décembre 2006)
  • France 2 « L’Arène de France » présenté par Stéphane Bern  (6 décembre 2006),
  • France 2 « C’est au programme » présenté par Sophie Davant (Novembre 2006)
  • France 5 « On n’est pas que des parents » présenté par Karine LeMarchand (8 janvier  2007)

Mais avant de vous livrer ces témoignages, faisons le point sur la vision « officielle » de la voyance en France à travers les médias. Quand on connaît réellement ce milieu et qu’on le pratique en tant que professionnel, on est effaré du décalage avec la réalité. Je ne parle pas ici du débat sur le fait de  savoir si oui ou non, les voyants ou les astrologues délivrent des prestations digne de foi. Ces débats sont trop encore passionnés pour servir à illustrer logiquement et froidement la vision déformée des médias sur ce métier. Non, j’ai choisi un autre thème, le plus objectifs qui soit : le dénombrement des voyants et du chiffre d’affaire de la voyance par les médias (édition, presse, tv).  Voici un bref résumé historique de ces chiffres :

1/ En 1938 : 5 200 voyants à Paris selon la préfecture source « Guide des voyants » édité en 1983

« La préfecture de Paris, estimait que, rien que dans la capitale, 5200 personnes faisait profession de voyance »

2/ En 1982 : 25 000 toujours selon ce même guide « Le Guide des voyants » pour un CA de 4 à 6 milliards de francs

« Aujourd’hui on peut avancer le chiffre de 25000, dont 15000 voyants, « au noir ».

« Les tarifs s’échelonnent entre 200 et 600F, (Soit 30 et 90 euros aujourd’hui) mais descendent très rarement en dessous de 300F. Au global, et pour autant qu’on connaisse exactement le nombre de voyants, le chiffre d’affaire annuel de la profession oscille entre 4 et 6 milliard de francs(nouveaux, bien sur). »

3 /En 1988 : CA de plus de 20 milliards de francs selon « les Dossier du canard enchaîné » en 1996

« Le chiffre d’affaire de la seule voyance était estimé en 1988 à plus de 20 milliards de francs. Une consultation chez l’astrologue ou le voyant se situe entre 50€ et 100€. »

4/ En 1999 : 100 000 voyants connus selon Mireille Dumas

En présentation de l’émission de Mireille DUMAS : « le marché atteint 21Milliard de francs. Sur les 100 000 professionnels connus, 60% seraient incompétents. »

5/ En 2006 : 150 000 selon Stéphane Berne pour 3 milliards de CA

« 150000 Voyants déclarés, 3 milliards de chiffre d’affaire. » 

Avec toutes ces informations divergentes, on est en droit de se demander quel est vraiment le nombre exacte de voyants déclarés en France et le réel chiffre d’affaire des voyants exerçant en profession libérale. Aujourd’hui, en 2007 la consultation de voyance à Paris est de 80 € en moyenne. (Prix de la consultation pour une durée de 30 minutes à 1H30mn des professionnels les plus médiatisés, par exemple comme Chris Semet, Claude Alexis, Marie-lore Staudt, Sébastien Ranucci …)

En 2006, j’avais eu des contacts  très sympathiques avec une société qui recherchait des  voyants professionnelles pour faire un gros annuaire en ligne. Celle-ci me demandait où était donc ces 50 000 voyants déclarés ? Elle n’avait même pas réussit à recenser 1000 voyants confirmés dans toute la France entre les pages jaunes, Internet, les publicités des magazines, etc… Et on peut raisonnablement penser que cette estimation est proche de la vérité. Mais elle ne concerne que les professionnels installés en profession libérale qui consultent en ayant pignon sur rue.

A coté de cela, il existe des sociétés marketing, des cabinets de voyance, des audiotels qui emploient des voyants en herbe sous payés voir même pas de voyants confirmés du tout ou même débutants.

Il est bien dommage que les médias continuent d’amalgamer ces deux mondes en énonçant des chiffres qui font peur.

Faire sa propre enquête

Après la diffusion de toutes les dernières émissions, j’ai souhaité refaire le point pour voir où en est le mariage Média-Voyance. Je suis allé à la rencontre des personnes présentes sur les derniers plateaux télé ou ayant vu ces émissions. Je vous invite à prendre le temps de lire ces récits de voyants, astrologues et de téléspectateurs.

Pour ma part, j’ai eu personnellement en ligne Matthieu de l’équipe de l’Arène de France  en septembre 2006 qui devait me rappeler pour les émissions prévues sur la voyance avant la fin de l’année. Je l’ai invité à aller visiter mon site Internet afin qu’il comprenne ma démarche. Je n’ai jamais plus eu de nouvelle.

L’équipe de production de Jean-Luc Delarue de RéservoirProd m’a également contacté il y  a quelques années. Ils préféraient montrer des clients de voyants sur le plateau pour ne pas faire de publicité ouverte, ce que je trouvais honorable. Et les 3 clients que je connaissais qui ont été contactés par la production ont refusé de passer à l’émission parce qu’on leur demandait de dire qu’ils me téléphonaient pour chacune de leur interrogation quotidienne !

Je leurs suis encore reconnaissante de ne pas avoir accepté cette mascarade. J’ai  été très  déçue, j’attendais que J-Luc Delarue traite ce sujet avec intelligence. J’espérais encore qu’il allait l’aborder sous un angle plus subtil.

Pour cette enquête, un grand merci pour le temps qu’ils ont bien voulu consacrer, à :

Chris Semet (astrologue) et Meredith Duquenes (astrologue) présents  sur  «  l’Arene  de France »Grégorie Guturiez ( ancien membre du Comité Directeur de l’Institut Métapyschique de Paris) pour « On n’est pas que des parents » présent également lors de la première émission sur la voyance de « l’Arène de France » et Sébastien Ranucci (voyant, contacté par la production de JL Delarue

Et Téléspectateurs: Tristan Balguerie, (informatique / astrologue 40 ans) Vanessa (production, 29 ans) Fabien, (fleuriste, 31 ans)

 

Panier

Archives

Chris Semet, atrologue

Comment s’est déroulé l’enregistrement de l’émission ?

Dans l’ensemble, l’enregistrement de l’émission s’est plutôt bien passé. Quel que soit le titre de celle-ci, quel que soit le ton qu’il lui ait été donné et quels que soient les règlements de comptes ou les passions que cet enregistrement a suscité. Pour ma part, j’ai été assez content.

Tout au long de l’émission, je suis resté égal à moi-même et à ma déontologie. Même si certaines pratiques de la voyance ou de l’astrologie et certains messages véhiculés m’ont fait rugir intérieurement, je n’ai pas souhaité entrer dans une « guéguerre » sans issue !

De toute façon, s’agissant d’un débat et connaissant le titre « L’Arène de France », je pense que chacun d’entre nous savait à quoi il s’exposait en acceptant de participer à cette émission ! Le but du jeu n’était donc pas d’y aller avec des préjugés mais avec un maximum d’ouverture d’esprit pour bien appréhender

et respecter le point de vue de chacun. En tout cas, je n’y suis pas allé pour imposer ma vision des choses et encore moins pour convaincre qui que ce soit !

Personnellement, je trouve que nous avons eu de bons échanges avec la plupart des scientifiques qui se trouvaient sur le plateau. On aurait pu tomber plus mal si nous avions dû être confrontés à des personnes complètement hermétiques à notre activité ! Et je dirais, heureusement pour nous, ce ne fut pas le cas ! En fait, j’ai été agréablement surpris par l’ouverture d’esprit des invités que j’avais en face de moi… Je dirais même qu’ils ont été plus ouverts que nous, les astrologues et les voyants ! Mais bon, c’est mon impression !

D’ailleurs, d’entrée de jeu, nous nous sommes tous accordés sur le fait que l’astrologie telle que nous la connaissons et telle que nous la pratiquons n’est pas une science ! Et cela n’en déplaise à certains ou certaines ! Les astrologues présents sur le plateau considérant que l’astrologie était avant tout un outil de connaissance de soi et un baromètre permettant de mieux appréhender les événements à venir, le débat fut vite clos.

Le discours de la psychologue fut très intéressant car elle a mis le doigt sur un point qui devrait être source d’interrogation pour tous les professionnels. Quelle est la portée de nos dires en consultation ? Jusqu’où pouvons-nous aller ? Nos prévisions ou nos prédictions ont-elles des influences possibles sur les réactions des personnes qui nous consultent ? Et surtout que pouvons-nous dire ?

Même si je reste satisfait de l’ensemble de l’émission, je pense que nous sommes passés à côté de certaines choses. Étant donné le sujet de l’émission, il aurait été souhaitable de parler des limites de l’astrologie et de la voyance ou des différentes pratiques de chacun. De même, il aurait été intéressant de savoir qui consultait qui et pourquoi, de mettre en garde contre certains abus, ou de définir une déontologie commune !

Si le domaine de la prévision a été traité, cela l’a été de façon très superficielle et maladroite… car, entre faire des prévisions sur des célébrités sans leur accord pour certains journaux, juste histoire de dire : « je l’avais vu » et faire une consultation privée avec une personne bien physique, il y a une grande différence ! Pour le coup, cela aurait valu la peine d’essayer de comprendre, avec les scientifiques, comment la voyance fonctionne et ce qui peut se passer dans notre tête ! Visiblement, ce n’est pas ce qui avait été prévu, je trouve cela dommage….

Personnellement, je tire donc un bilan assez positif, même si nous n’avons pas abordé les vraies questions !

Combien de temps a duré l’enregistrement ? Êtes-vous satisfait du montage ?

Tout s’est passé très vite, il me semble que l’émission a dû durer en tout et pour tout deux petites heures…

Dans l’ensemble, je suis satisfait du montage. Si la chronologie laisse parfois à désirer, le contenu lui est fidèle à ce qui s’est passé sur le plateau (hormis deux scènes assez mémorables qu’ils ont bien fait de couper… pour le bien des personnes qui intervenaient et qui auraient joué en leur défaveur).

Quelles sont les retombées de cette émission pour vous ? Pour le métier ?

Pour ma part, cette émission a eu des répercussions positives sur mon cabinet. Cependant, je ne m’y arrête pas particulièrement. Pour moi, cela ne reste que de l’audiovisuelle et même si je ne crache pas dans la soupe, je reste très prudent. Malgré la visibilité et effectivement le renom que ce type d’émission peut donner, pour ma part, cela n’a jamais été un gage qualité ! En revanche, j’apprécie d’avoir été invité et pu parler de mon métier en essayant d’en donner une image différente.

Pour notre activité, je ne pense pas que cela ait fait avancer quoi que ce soit. Cela n’est que de la télé. Il y a avant tout le besoin de faire un show et donc de l’audimat… Rien de très sérieux ne peut donc en découler… D’autant qu’en réalité, nous étions plus là (astrologues, voyants et scientifiques) pour service d’alibi à la promotion d’artistes qui n’en avait visiblement rien à faire de la voyance et en encore moins de l’astrologie… Par conséquent, même si il y a eu débat, il n’était pas assez construit pour pouvoir apporter un quelconque éclairage ou une quelconque avancée dans le domaine qui est le nôtre !

Avez-vous eu des commentaires de vos clients ? Amis…. ?

Oui pleins ! J’ai même reçu quelques lettres de téléspectateurs mécontents dont la façon le débat a été traitée… Cela m’a beaucoup touché et je les remercie de leur soutien !

Quant à mes amis et mes proches, ils m’ont trouvé égal à moi-même…

Chris Semet, « Etre voyant / astrologue » aux Editions Dervy et aux Editions Médicis Collection Astro-tendance : »Tendances Mode », « Tendances Maison », « Tendances Voyages », « Tendances Alimentation », « Parfums et signe astral, mode d’emploi » et le dernier : »Horoscope 2007 ».  http://www.chris-semet.net

Interview de Grégory Guturiez

Comment s’est déroulée l’enregistrement de l’émission?

Cette émission a été enregistrée le 14 décembre 2006, pour une diffusion le 8 janvier 2007. Le montage (très léger) était tout à fait fidèle à ce que nous avons vécu.   J’ai participé à d’autres émissions auparavant, et je dois dire que pour celle-ci était vraiment agréable, ne serait-ce qu’au niveau de l’accueil et de la “considération” accordée aux invités. On s’y sentait vraiment entre êtres humains qui avions tous droit au respect, et pas comme de simples faire-valoir ou des éléments du décor pour distraire le public.

 Avez-vous trouvé le sujet et les questions posées intéressants? constructifs?

J’étais personnellement un peu gêné par la raison qui faisait que j’étais là : ils souhaitaient avoir l’avis d’un “spécialiste” sur la question “pourquoi les gens vont-ils voir des voyants ?”. Alors que j’ai publié un ouvrage qui raconte l’histoire des recherches expérimentales en parapsychologie (donc, notamment, sur la voyance). Ce qui n’est pas la même chose qu’un traité sociologique. Je ne suis pas un anthropologue ou un sociologue par exemple.

Et puis surtout, je trouvais que la question était assez simpliste, ou plutôt qu’elle semblait impliquer que les gens “équilibrés”, ou “normaux”, eux, ne devaient pas aller voir des voyant(e)s, et qu’il y avait donc, forcément, une explication à cette conduite supposée aberrante (bien sûr, il y a des escrocs qui se disent voyants et qui profitent de la crédulité de personnes en souffrance, mais je ne crois pas qu’on puisse généraliser à toute la profession).

Mais enfin, l’émission s’est bien déroulée, et j’ai orienté plutôt mes réponses vers un comparatif entre l’usage actuel (tout le monde peut consulter un voyant, pour des questions d’ordre privé ou professionnel) et les usages passés des voyants (dans la Grèce Antique, on consultait les Oracles pour décider des guerres à mener par exemple, au Moyen-Age, on brûlait les sorcières parce qu’elles étaient voyantes, etc.).

Avez -vous pu exprimer librement votre expérience et avis?

 Oui, complètement, et d’ailleurs on ne m’a pas demandé de suivre un “déroulé” pré-établi de l’émission. Bien sûr, on m’a “casté” : j’ai eu une discussion téléphonique avec un membre de l’équipe, qui m’a posé pas mal de questions pour voir à qui ils avaient affaire, ce que je trouve tout à fait normal et sain. Mais une fois sur le plateau, personne n’est venu me dire de quoi je devais parler ni comment. Nous étions tous les trois parfaitement libres de nos propos (j’étais en compagnie de la voyante Maud Kristen, et d’une certaine Laure, ancienne utilisatrice de services de voyance par téléphone, avec lesquels elle avait perdu plusieurs milliers de francs).

Etait-ce votre première TV? Si non, pouvez -vous brièvement nous parler de vos précédentes expériences?

 J’ai fait d’autres télés depuis la sortie de mon livre en octobre 2005. Je me suis longuement étendu, sur mon blog, à propos de certains de ces passages. Ma “pire” expérience fut certainement ma participation à l’émission L’Arène de France sur France 2, fin 2006. Personnellement je n’ai pas été attaqué par quiconque, mais dans l’ensemble, cette émission était horrible, dans la manière dont les invités ont été traités, dans la manière dont fut organisé le “débat” (on voulait absolument nous pousser à nous engueuler, on était constamment coupé, etc.). On sentait bien qu’il fallait que ça saigne, c’était déplorable (même si, au final, le “camp des rationalistes” n’en était pas sorti particulièrement grandi).

J’avais aussi eu une mauvaise surprise lors d’une émission sur NT1 : l’accueil était chaleureux, l’équipe sympathique, etc. On nous avait demandé de réagir à des reportages. Au moment de la diffusion, je m’étais rendu compte que les reportages diffusés étaient deux fois plus longs que ceux qu’on avait vus le jour du tournage de l’émission ! Et les parties rajoutées étaient celles qui étaient les plus sensationnalistes. Du coup, ça donnait l’impression que je trouvais tout à fait normales (puisque je n’y réagissait pas) des choses que j’ai trouvées pourtant choquantes.

Quels sont les retombés d’une telle émission selon vous, pour vous ? Pour le métier?

Pour moi, pas grand chose je pense. Je suis tout à fait conscient qu’on m’invite à des émissions parce qu’on cherche un “spécialiste” pour apporter un éclairage, pour “faire sérieux”, mais le temps de quelques minutes. C’est simple : personne, pour aucune des émissions où l’on m’a invité, n’a pris la peine de       lire mon livre pour savoir qui j’étais et de quoi je parlais. J’ai longtemps été membre du Comité Directeur de l’Institut Métapyschique de Paris, et je crois bien que c’était uniquement pour ça qu’on m’invitait, parce que ça faisait “officiel” et “sérieux” (j’ai quitté mes fonctions fin novembre 2006). Au

départ, je m’attendais naïvement à ce qu’on m’invite pour parler de mon livre, c’est-à-dire de l’histoire des recherches en parapsychologie. J’ai vite compris que c’est un sujet complètement étranger aux plateaux de télévision d’aujourd’hui!

“Pour le métier”, j’imagine pour le métier de voyant(e). Je crois que ce qui était intéressant dans cette émission, c’était de constater la grande différence entre les motivations d’un usager des services téléphoniques de pseudo-voyance et la démarche d’une personne qui va vraiment consulter un(e) voyant(e). La personne expliquait clairement qu’elle ne souhaitait pas du tout voir un vrai praticien, parce qu’elle cherchait juste à entendre quelqu’un qui lui dise ce qu’elle voulait entendre à cette époque- là de sa vie. Alors que face à un(e) vrai(e) voyant(e), elle aurait eu trop peur de s’entendre dire des vérités qu’elle ne pouvait pas entendre à cette époque.

« Les Aventuriers de l’Esprit » de Grégory Guturiez , son livre

Vous pouvez retrouver l’intégralité sur son blog de tous ses ressentis et expériences à la télévision : http://myblog.greguti.com

Sébastien Ranucci, voyant :

« J’ai été contacté à deux reprises par une journaliste qui préparait une émission de Jean-Luc Delarue sur la voyance.

La première fois, cette charmante personne m’explique en toute bonne foi : « Nous recherchons des gens qui sont dépendants de leur voyant, qui consultent pour un oui ou pour un non. Ma collègue va vous contacter en début de semaine prochaine pour une interview téléphonique ». Je n’ai bien évidemment pas donné suite, étant donné le fait que mes consultants n’ont absolument pas ce profil et je m’en voudrais d’ailleurs qu’il en soit autrement !

Apparemment, cette journaliste ne devait pas avoir trouvé grand-chose à se mettre sous la dent (à croire que les voyants exerçant honnêtement leur activité ne rendent pas leur consultants dépendants !!!) puisque environ un mois après, elle me retéléphone cette fois pour me demander si j’ai dans ma clientèle

« des personnes cœurs d’artichaut qui se ruent chez moi dès qu’elles ont rencontré quelqu’un ». Je lui ai simplement répondu : « heureusement que non ! ».

Plus sérieusement, bien que cette anecdote puisse prêter à sourire, je suis profondément excédé par l’image déplorable que les médias s’évertuent à transmettre sur notre profession. Ils n’ont absolument aucun désir d’informer réellement sur ce qu’est la vraie voyance pratiquée honnêtement, mais ne cherchent qu’à faire du sensationnel en salissant tout. Quand un média voudra bien parler honnêtement de notre profession , je me prêterai alors volontiers au jeu. »

Site Internet : http://ranucci.voyant.free.fr/

Meredith Duquesne astrologue, écrivain, chroniqueur télé et radio

« Vivant aux USA , je n’ai plus franchement une idée précise du Paf français, mais dans mon souvenir Stéphane Bern faisait partie des personnes “trustables” comme on dit aux US. Je me souviens de l’avoir rencontré à la fête du livre de Limoges en 1995 alors que nous étions là tous deux pour la promotion de nos ouvrages respectifs. Gentil et attentionné étaient les qualificatifs qui me seraient venus à l’esprit à l’évocation de son nom avant la mésaventure qui vient de se produire ! Alors que j’étais dans les préparatifs de mon retour vers New York je reçus un appel téléphonique d’un certain Bertrand Hugnard, collaborateur de l’Arène de France émission diffusée le Mercredi soir en deuxième partie de soirée sur la France 2

Ce monsieur se recommandant d’une de mes relations amicales me proposa de participer à un débat ayant pour titre “L’astrologie est elle une science ?” La dite émission était “montée” en catastrophe, le tournage étant prévu 36 heures plus tard pour une diffusion le 6 décembre .

Ayant regardé cette émission pendant quelques minutes un soir je rétorquai alors qu’il me semblait illusoire qu’un débat de qualité puisse être mené dans un tel foutoir .

Précisément argumenta BH, suite à la requête de Patrick de Carolis PDG de France 2 l’émission se devait d’être recadrée. Il était question d’un plateau avec des personnes de qualité furent les mots employés. Nous n’étions pas chez Dechavanne précisa-t-il !

J’aurai du être rappelée dans les 5 minutes suivantes par Simon Tisse autre collaborateur de l’émission mais ne le fus que le lendemain, c’est à dire la veille du tournage, ce qui me fit penser que je devais certainement remplacer quelqu’un ayant décliné l’offre at the last minute. Le fait que je ne reçoive aucun document de la production m’a semblé surprenant mais je mis cela au compte de la précipitation avec laquelle l’émission était tournée.

Simon Tisse réitéra les mêmes propos concernant l’émission et m’annonça la présence d’Elisabeth Teissier pour preuve de la qualité des intervenants.

Bien qu’ayant toujours éprouvé une certaine réticence à participer à des émissions “montées après tournage”, j’acceptai néanmoins de me rendre à l’enregistrement.

L’accueil plus que médiocre au studio de la Plaine St Denis donna immédiatement le ton de la soirée. J’aurais pensé que Stéphane Bern rompu aux usages du Gotha mondain qu’il vénère tant aurait fait preuve de bonne éducation au moins !

Que nenni ! Le menu fretin que nous représentions fut salué du bout des lèvres et d’une poignée de mains qui n’avait rien de cordiale.

Le titre du débat n’était plus “L’astrologie est-elle une science?” Mais ”les astrologues et les voyants sont ils des escrocs ?”

Il est vrai que ma première idée fut de partir sur le champ mais j’ai gardé l’espoir de pouvoir dire à un moment où un autre que la première escroquerie sur ce plateau de télévision était l’escroquerie intellectuelle employée pour faire venir les invités à ce débat.

Quant à la médiocrité du débat, vous en jugerez par vous même, de débat point mais des reportages à charge, un public manipulé, une brochette de pseudos scientifiques etc. Encore que cela risque d’être pire que ce j’ai vu compte tenu que cette émission est montée et qu’il n’y a aucune raison que Bern et son équipe fassent preuve de plus de loyauté et d’honnêteté que sur le plateau.

Le plus choquant peut être est de constater que cette émission diffusée sur une chaîne publique puisse servir d’outil à Stéphane Bern pour régler ses comptes personnels. Il y a quelques mois la voyante Isabelle Viant, qu’il rencontra au cours d’une émission sur RTL9 fit des prédictions le concernant dans le journal VSD, à savoir, perte d’audience de l’émission l’Arène de France et des douleurs dorsales . “Et bien l’émission a grand succès” pérorait Bern ”et mon dos va très bien” omettant de dire que ces prédictions s’inscrivaient pour 2007 .

Il aurait été intéressant de connaître l’avis de Yaguel Didier, la célébrissime voyante dont on sait de notoriété publique qu’elle entretient des relations amicales très privilégiées avec Stéphane Bern. Il est vrai que cette voyante chérie du gotha mondain n’accepte de se montrer en télé qu’à la condition d’être l’invitée unique et de ce fait ne se mélange jamais au menu fretin.

Cela étant la scène eut un petit passage truculent (certainement disparu au montage). Dans la vindicte qui l’opposa à Isabelle Viant, Bern lui rétorqua “qu’elle allait lui jeter l’œil”.

Remarque édifiante qui montre la hauteur du débat et du personnage ! Quant à moi bien évidemment il a choisi de démolir ma crédibilité sur la seule prévision fausse trouvée sur mon blog, allant jusqu’à prétendre que mes écrits concernant Ségolène Royal étaient inspirés par les sondages.

L’astrologie n’est certes pas une science mais quel outil de connaissance formidable. Après coup je n’ai pas résisté à regarder dans les planètes de Stéphane Bern. Quatre planètes en Scorpion dont le Soleil et Mercure dans le secteur 12. Ceci explique cela…

En tout cas, Saturne en transit dans le secteur 9 (loi, administration, audiovisuel, étranger, occulte et ésotérisme) en quadrature au Soleil et à Mercure dans le secteur 12 indique une période difficile que ce soit sur un plan personnel et professionnel.

Que dire D’Uranus en secteur 3 celui de la communication en opposition à Uranus Pluton dans le secteur 9.

A compter de fin Janvier 2007, de grosses turbulences s’annoncent ! Promis, personne ne lui jette l’oeil, juste des planètes dans le rouge qui risquent de mettre ses activités “en berne” mais après tout, foutaises que tout cela n’est ce pas ? »

« Bébé dans les étoiles » – Editions Carrere, « Planète 6-12 ans » – Editions Carrere « L’astrologie autrement » – Editions J. Grancher

Fabien, spectateur, ancien voyant sur audiotel

J’ai regardé il y a quelques temps deux émissions consacrées à la voyance dont le traitement était diamétralement opposé. Voici mon sentiment de voyants (qui ne pratique plus professionnellement pour le moment) sur le sujet.

« L’Arène de France » de Mr Bern :Le concept de l’émission repose sur le choix du oui et du non dans laquelle les sujets sont traités à la légère, opposant les invités les uns aux autres plutôt que de les réunir dans un débat évolutif et constructif.

Les partisans astrologues et médiums y ont étés constamment décrédibilisés et délibérément ridiculisés ! Il faut dire que ces derniers étaient présents pour promouvoir des livres fraîchement écrits et prêts à être vendus en masse pour les fêtes de fin d’années, avec toutes les prévisions pour 2007, incluant les couleurs tendances de votre signe en rapport avec la mode actuelle, ou je ne sais quel autre idée farfelu encore. L’inconsistance des sujets mis en avant dans les livres rendaient les arguments des voyants et des astrologues risibles face à ceux des scientifiques rationalistes. Le plateau était bien choisi !…

J’espère sincèrement que chacun a fais son auto critique après cet étalement laborieux du pour/contre, alors que le parti était déjà pris ; et que chacun aurait dû le savoir!

J’ai regardé l’émission jusqu’à la fin, sans trop de conviction, la trouvant, au final, vraiment inintéressante. J’imagine que si les professionnels de la voyance n’avaient pas eu à faire la promotion de leur livre, ils ne seraient pas restés sur le plateau d’enregistrement jusqu’à la fin.

La seconde émission de Sophie Davant, “C’est au programme”, avec Marie-Claire Estevin invitée, a bien plus retenue mon attention. D’autant plus que cela concernait un secteur de la voyance dans lequel j’ai exercé et que j’ai quitté dégoûté : l’audiotel et leur site internet de voyance. C’est une initiative courageuse et lumineuse car il s’agissait de dénoncer le faux dans le vrai, c’est à dire cette partie du métier qui porte tout le discrédit, mais que étrangement, les médias ne dénoncent ni ne décryptent presque jamais. Ce trop court reportage a été très positif car il mettait en avant les dangers concrets et réels de ce type de consultations, tant financiers que psychologiques. Tout y a été présenté ; tarifs exorbitants à la minute, paiement par CB, création interdite pour ces cabinets d’un fichier clients avec informations et coordonnées personnelles. Les dits voyants ont étés testés par les journalistes: pas un minimum de tact, de finesse, de douceur; un journaliste s’est même fait reprendre sévèrement par la voyante !La partie la plus cruciale qu’est l’addiction qu’amène ce type de voyance et ses dangers psychologiques a également été débattue.

Ce que j’ai apprécié dans ce débat, c’est que les personnes qui consultent par ce biais et qui rappellent quotidiennement ces audiotels, n‘ont pas étés ridiculisées, mais ont été identifiées comme les victimes psychologiques de ce mode de consommation de la voyance, de ces réseaux, et de ces dits voyants. Il me semble que c’est un secteur de la voyance qu’il faut sortir de l’ombre pour en faire émerger toutes les dérives, j’espère donc voir d’autres émissions de ce type ! J’espère également que celle-ci a pu provoquer un déclic, une petite prise de conscience et/ou une ré appropriation du libre-arbitre de ces clients d’audiotels.

Par ailleurs, je constate l’énorme décalage entre ce qui est présenté par les médias et la réalité de pratique des voyants. Et ce qui n’a pas été compris, c’est que la voyance a changée. La nouvelle génération de voyants/médiums n’est plus du tout dans la même dynamique que la Mme Irma du quartier qui tirait les cartes sur la table en formica de sa cuisine il y a 30 ans !

Notre démarche n’est pas non plus de faire du sensationnel en faisant les prédictions d’une personnalité, d’un peuple pour les prochaines décennies comme ont pu le faire de grands voyants au XIXème siècle; mais plutôt d’aider ici et maintenant à dénouer le présent pour mieux appréhender le futur! Je ne comprends pas pourquoi on continue de nous cloîtrer dans cette vision des années 1800, nous sommes en 2007! Les temps ont bien changé et les mentalités, les coutumes, les gens sont désormais plus libres de penser par eux même, de s’informer différemment grâce à Internet notamment !!! La pensée unique des principaux médias n’est-elle d’ailleurs pas discréditée ces derniers temps?!

N’oublions pas que le libre arbitre est aujourd’hui plus puissant que jamais; et les bons voyant le comprennent et n’assènent plus des visions d’avenir comme des vérités, mais comme des potentialités.

Les français ne sont d’ailleurs pas idiots, et bien souvent ils ont déjà leur propre avis sur le/la voyant qu’ils ont déjà consulté. Je suis certain que la majorité d’entre eux trouvent ces débats en deçà de la réalité des contacts qu’ils ont pu avoir lors de consultations.

Pour terminer, un présentateur a également une responsabilité  vis à vis de ses invités, et de ses téléspectateurs. La plupart de ces émissions étant montées, coupées; même si il a pu y avoir un vrai débat et des choses positives en enregistrement, il peut en rester qu’un pâle reflet lors de la diffusion. Pas étonnant que certains voyants n’aillent plus se mouiller…

Vivement les émissions en direct, sans coupure pub et sans montage!

Vanessa : spectatrice de « Toute une histoire »

« J’ai regardé cette émission parce que la voyance me touche depuis toujours.

L’émission de Delarue a malheureusement débuté sur un postulat de départ qui était : les voyants racontent n’importe quoi. En bon esprit cartésien, ce n’est pas bon de penser que le don de voyance puisse exister.

J’ai été outrée à plusieurs reprises, notamment lorsque l’animateur a demandé à un voyant vivant à Lille de décrire son don. La personne a parlé de phénomènes inhérents à son intuition, sans prendre la peine de « vulgariser » ses mots pour le grand public. J’ai travaillé dans la production de ce type d’émission, j’en connais le fonctionnement. Les journalistes répètent l’interview par téléphone avec les invités avant l’enregistrement et encouragent l’intervenant à dire ce qui correspond à un profil pré-défini. De ce fait la personne n’a aucun recul sur la manière dont son image va être utilisée. C’est un peu ironique, voire cynique, un voyant qui ne voit pas qu’il se fait avoir…

Revenons à l’émission. J-Luc Delarue s’est ouvertement moqué de cette personne. Avec du recul, on pouvait s’apercevoir que son histoire personnelle ne l’intéressait pas. Il voulait placer cet homme dans une case ; case dont il n’a plus pu sortir par la suite : le « voyant médium qui serait relié à l’au-delà », ironique me direz-vous, pathétique était la scène, c’est vrai. Car le sujet n’était vraiment pas abordé sous un angle favorable.

Une dame, ensuite, a énoncé des idées, entre autres, sur la mission de personnes dotées de cette faculté. D’après elle, le voyant dit à la personne ce qu’il va lui arriver, et c’est comme ça, point. Avec ce postulat-là, je pense que le consultant reste prisonnier de la prédiction, enfermé dans un futur où il reste passif, voire inquiet, puisqu’il se demande si ce qui a été énoncé va vraiment se passer. Et c’est là que le bas blesse. Le serpent se mord la queue, on en revient au questionnement de départ, à savoir, est-ce que ce don existe vraiment ? On finit par avoir des doutes sur les prévisions plutôt que de se demander si ces prévisions nous font véritablement écho ??? On met en doute le voyant plutôt que de se remettre en question. A quoi sert cette consultation dans ce cas, à par à engraisser le voyant me direz vous ? A rien, avec ce postulat là, puisque jusqu’à aujourd’hui aucun scientifique français n’a rien prouvé…

Ce que j’ai retenu de cette émission c’est que d’une part, elle dessert la profession, mais aussi que les voyants qui n’ont pas fait un travail de conscience sur leur don, lourd de responsabilité, sont foison. C’est inquiétant.

À aucun moment n’ont été abordés le libre-arbitre ou la véritable mission, responsabilité ou limite du voyant. Pas l’ombre d’une notion de déontologie.

Pour moi, un bon voyant est celui qui a compris que sa mission était d’avertir, de recentrer, de (re)mettre son interlocuteur sur les bons rails. Enoncer juste des fatalités ne peut que soulever des peurs. Ce don ne doit pas être pris à la légère.

Car, en fin de compte, l’intuition existe bel et bien, c’est un fait. Elle est très développée chez certains d’entre nous, cela ne fait pas l’ombre d’un doute, vous en conviendrez.

L’intrigue sur le phénoménal, le spectaculaire, le « est-ce que ça existe vraiment ? » et « D’où ça vient? » commence à devenir redondant.

À présent, je pense qu’il serait plus intéressant de parler de la responsabilité des personnes dotées de cette faculté et de celle du consultant. Les bonheurs, les malheurs éventuels, à venir, c’est une autre question. Car en fait, pourquoi va-t-on consulter ? Souvent pour se rassurer sur le fait qu’on ne peut pas tout contrôler. Pour comprendre comment on peut arriver à ce positionner avec ses envies et ses compréhensions dans  son environnement, dans  sa vie, dans ici et maintenant ? N’est ce pas cela fondamentalement la vraie question qu’on a tous envie de se poser un jour ?

Personnellement, c’est avec cet objectif là que je vais consulter. Alors demandez vous messieurs et mesdames des médias et de la profession des arts divinatoires, avec quel objectif, chacun se rend-il chez un surdoué de l’intuition?? »

TRISTAN BALGUERIE, 40 ans passionné d’astrologie

   « Je lisais ce matin un papier de Jean-François Khan dans lequel il dénonçait la pensée unique dans le monde de la presse et des médias. Le propos concernait une affaire politique: la mise à l’écart de Alain Duhamel des émissions de France Télévision depuis qu’il a exprimé son intention de vote pour Bayrou.

Ce que j’ai vu dans ces émissions sur l’astrologie et la voyance ressemble étrangement à ce que Jean François Kahn dénonce en politique. Il y a une pensée unique qui dit que « la voyance et l’astrologie sont des arnaques », et il n’y a aucune volonté réelle de chercher une vérité sur ces activités humaines.

Je suis encore une fois déçu de cette position dogmatique et sectaire du monde journalistique. A quoi sert une presse libre dans un pays démocratique, si c’est pour qu’elle reconstitue un dogme arbitraire sans volonté d’investigation ? On a l’impression d’avoir donner de la confiture au cochon. Il est bien dommage d’avoir un tel pouvoir et de l’utiliser avec aussi peu de conscience.

Je connais suffisamment l’astrologie pour savoir qu’aujourd’hui un esprit vraiment rationnel ne peut la réfuter dogmatiquement. Il faut l’étudier. Des études menées par Didier Castille – statisticien de l’INSEE – sur des échantillons phénoménaux de plusieurs dizaines de millions de personnes démontrent que les gens se marient entre eux, plus qu’à la normal, si leur soleil de naissance sont proches. Pourquoi n’évoque-t-on pas sérieusement ces travaux, ni n’invite-t-on ces individus sur les plateaux ? Puisque l’on n’est pas d’accord sur les fondements, il faudrait commencer par les étudier ensemble non ?

Au lieu de cela les médias orchestrent des débats stériles psy contre voyant, charlatans contre scientifiques… et les voyants et les astrologues se font piéger comme des mouches dans ces attrapes couillons.

La pensée unique a une inertie et une puissance de fond qu’il est difficile de décoller du sol. Même pour des gens scientifiques et intelligents. La phrase de Jean Rostand « si la statistique prouve l’astrologie, alors je ne crois plus à la statistique » en dit long sur l’ambiance de réfutation irrationnelle qui domine ces sujets. Quel paradoxe ! L’irrationnel est aujourd’hui du côté de la science.

La question qu’on peut se poser, c’est pourquoi voyants et astrologues vont-ils encore se jeter dans ce genre d’arène sachant par avance qu’ils vont se faire lyncher ? Une forme de masochisme peut-être. Qu’y cherchent-ils ? Une petite promotion ? C’est bien dommage. Car c’est un milieu bien fragilisé par une exploitation commerciale malhonnête et dans lequel les gens sérieux devraient avoir une conscience sur-aiguisée que le moindre de leur dérapage nuit énormément à la réputation de la profession dans son ensemble.

Ce qui est sûr c’est que le sujet fascine et que l’audimat est assuré. Ce qui est déplorable c’est que, à part s’être distrait à peu de frais, on n’a rien appris ou presque. Si !, que la pensée unique était toujours accrochée au même rocher tel un mollusque apeuré par la marée. Et qu’on s’est encore une fois payé la tête du téléspectateur avec un débat creux et sans profondeur.

Internet gagne des parts de diffusion sur la TV. L’économie publicitaire de ce média montre irréfutablement que le marché se déplace à très grande vitesse. Il est déjà le média dominant des 15 – 25 ans. Et on y trouve, certes beaucoup d’âneries, mais aussi et surtout une vraie possibilité de se renseigner à diverses sources de pensées. Le peuple se réveille, les médias s’endorment. Encore un peu de pain blanc et de mauvaise soupe, mais plus pour longtemps.